Le judo

 Judo, La voie de la souplesse

        Le judo est un art martial et un sport de combat KDO d’origine japonaise (budo), fondé par Jigoro Kano en 1882. Il se compose pour l’essentiel de techniques de projection, de contrôle au sol, d’étranglements et de clefs. 

        Le lieu où l’on pratique le judo s’appelle le do-jo-. Les pratiquants (les judokas) portent une tenue en coton renforcée appelée judogi, souvent appelée à tort kimono, qui est le nom générique de la tenue traditionnelle japonaise. Le judogi est généralement blanc, mais pour faciliter la distinction entre les combattants dans les compétitions, l’un des deux judokas peut revêtir un judogi bleu. Pour les compétitions à partir du niveau national (pour les niveaux inférieurs, la distinction se fait à l’aide de ceinture rouge ou blanche). Le judo se pratique pieds nus.

        Le souhait de Jigoro Kano, son fondateur, était de populariser une méthode visant à mieux utiliser ses ressources physiques et mentales en prenant comme départ le jujutsu, art martial pratiqué par les Samouraïs. La légende dit que les principes du judo furent découverts lors d’un hiver rigoureux, en remarquant que les branches d’arbres réagissaient différemment sous le poids de la neige abondante. Les plus grosses cassaient alors que les plus souples pliaient et se débarrassaient de « l’agresseur ». La voie de la souplesse était née.

        La « légende », dans sa simplicité, n’est pas éloignée du souhait initial de populariser une méthode visant à mieux utiliser ses ressources physiques et mentales. Jigoro Kano avait conscience que le Jujutsu tel qu’il était pratiqué n’était plus adapté à l’époque moderne. Les techniques étaient parfois très dangereuses à apprendre et la plupart des maîtres étaient soit incompétents pédagogiquement ou enseignaient un jujustsu décadent et inefficace. En s’inspirant des méthodes de différentes gymnastiques occidentales, Jigoro Kano décida d’expurger du jujitsu les mouvements dangereux et de codifier les techniques restantes afin de faciliter l’enseignement sous formes de kata. Il était évident que l’art de la souplesse, débarrassé de sa vocation guerrière, n’était plus du jujitsu, mais un nouvel art martial à vocation calisthénique. Le Judo était né.

         Le judo connut un succès qui s’étendit largement au-delà des frontières japonaises et contribua largement à populariser les arts martiaux japonais, tout en entraînant la confusion entre art martial et sport de combat. Ainsi, le judo des origines s’orienta de plus en plus vers l’aspect sportif lorsque les champions du Kodokan eurent définivement battu la plupart des écoles de Jujitsu au cours de combats organisés. Le pouvoir économique du Kodokan était ainsi définitivement installé dans le monde des arts martiaux japonais.

         Le judo commence à être enseigné au Japon en 1882 au Kodokan, en France dès 1935 par Maître Kawaishi. Ce dernier créé le Jujitsu-Club de France, mais la Fédération française de judo sera créée en1946. C’est aussi à cette époque que se développera le côté sportif et qu’apparaîtront les premières compétitions. Le nombre de pratiquants de par le monde s’accroît alors considérablement.

         Le judo est le sport de combat le plus pratiqué en France, devant le Karaté et l’Aïkido. Il est le troisième sport le plus pratiqué en France en 2011 avec près de 585000 licenciés et plus de 5500 clubs. Il est devenu officiellement discipline olympique en 1972 à Munich et a représenté à Athènes le 3ème sport le plus universel avec pas moins de 98 pays participants.

Immobilisation judo

Activité accessible à tous, le judo est une discipline qui intègre le principe du moindre effort pour un maximum d’efficacité et où l’on apprend à projeter son partenaire par une technique de hanche, d’épaule ou de jambe, ou encore à le contrôler au sol par une immobilisation. Il permet de devenir plus souple, plus agile, plus rapide, donc plus fort. C’est aussi (et surtout) comme le désirait son fondateur, une méthode d’éducation. Il permet aux enfants de s’exprimer dans un contexte ludique, de canaliser leur énergie et de renforcer leur caractère. Il développe en chacun les valeurs de maîtrise de soi, de ténacité dans l’effort, de courtoisie, d’égalité d’esprit dans la victoire et dans la défaite

Au Judo Club Wervicquois, l’enseignement, grâce à des situations variées, ludiques et évolutives, porte sur l’apprentissage des techniques bien entendu, mais également et surtout sur la maîtrise de soi. Le contrôle de la violence, des chutes et de l’équilibre est important pour se battre avec autant de ruse que d’agilité. En effet, un bon judoka est attentif à l’autre, qualité appréciable dans une société de plus en plus indifférente.